«Ces temps où l’on cherche vainement une bouteille de gaz dans certaines villes seront bientôt de mauvais souvenirs», foi du directeur général de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY), Hilaire Kaboré. Ce vendredi 19 octobre 2018, la nationale des hydrocarbures a présenté son nouveau centre emplisseur. D’une capacité journalière de 450 tonnes, ces deux nouvelles lignes, installées au dépôt de Bingo, permettront de renforcer la disponibilité du gaz butane au profit des consommateurs.

A quand la fin des pénuries de gaz butane au Burkina Faso ? En tout cas, l’étape de ce jour donne de l’espoir. En effet, dans l’optique d’améliorer l’offre de gaz butane au profit des consommateurs, la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) a initié un ensemble de projets. « Ces derniers temps, les problèmes rencontrés ont été relativement amoindris. Nous avons travaillé à réorganiser nos équipes pour pouvoir satisfaire le marché, mais ce n’est pas une solution durable.

La solution durable, c’est de s’équiper en conséquence pour être au niveau de la demande du marché. C’est ce que nous venons de faire », a noté le directeur général de la SONABHY, Hilaire Kaboré. Et c’est le cas de ce nouveau centre emplisseur, en service depuis cette semaine. D’un coût évalué à 1 003 029 613 FCFA, ce centre est composé de deux lignes permettant une production journalière de 450 tonnes, soit un accroissement de 50% en termes de production.Composé de deux chaînes dont une dédiée exclusivement aux bouteilles de 6 kilogrammes avec une cadence de 1 200 bouteilles/heure, une chaîne mixte pour les bouteilles de 6 et de 12 kg avec une cadence de 1 400 bouteilles l’heure, ce nouveau centre, aux dires de Hilaire Kaboré, permettra de « doubler quasiment la capacité de chargement du dépôt de Bingo ».

«Les bouteilles quittent le dépôt avec le bon poids»Des bouteilles qui ne font pas leurs poids ? Le directeur général de la SONABHY rassure qu’il n’en est rien. Mieux, il soutient que des mesures sont prises pour que chaque bouteille ait le poids approprié. « D’abord, si une bouteille est insuffisamment chargée, des précautions sont prises pour qu’elle puisse être exclue du circuit de la commercialisation. Aussi, le recalibrage des bascules se fait automatiquement en fonction de la pesée des bouteilles qui sortent du carrousel », a expliqué Hilaire Kaboré. Puis de poursuivre : « La bouteille rentre vide, elle est chargée et doit atteindre un poids précis. Si ce poids n’est pas atteint, le système réajuste lui-même au réglage des carrousels pour que nous respections les poids (…). Je puis vous assurer que les bouteilles quittent le dépôt avec le bon poids ».Par ailleurs, le premier responsable de la SONABHY a annoncé que son institution ne compte pas se limiter à ce seul projet. Courant 2019, la nationale des hydrocarbures promet une nouvelle ligne d’exploitation. «D’ici un an, nous mettrons en place une nouvelle ligne d’exploitation. Nous sommes en train de finaliser les études d’ingénierie pour agrandir également la capacité de stockage du dépôt», annonce M. Kaboré.Situé à 32 km de Ouagadougou, le dépôt de Bingo dispose désormais de deux centres emplisseurs. En effet, en plus de ce nouveau centre, Bingo dispose d’un autre en service depuis 2015. Ledit centre est également composé de deux lignes : une ligné dédiée aux bouteilles de 6 kg avec un chargement de 1 400 bouteilles/heure. La deuxième ligne, réservée aux bouteilles de 12 kg, a une cadence 1 600 bouteilles/heure.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net