DSC06489

APERÇU HISTORIQUE

Les travaux de construction de la première phase du futur dépôt pétrolier de Péni dans la région des Hauts-Bassins ont été lancés le 07 juin 2015. C’est l’aboutissement d’un processus entamé en 1999 par la SONABHY qui a débuté par la recherche et l’acquisition d’un terrain de trente hectares l’objectif étant  d’y transférer le dépôt de Bobo-Dioulasso.

Une Etude d’Impact Environnemental et Social a été faite en 2008 et 2009. Une enquête publique en 2011 a permis à la SONABHY de recevoir l’avis conforme de faisabilité du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable le 17 novembre 2011.

Les travaux d’ingénierie des infrastructures du dépôt gaz et du centre emplisseur ont été réalisés en 2011 et 2012.

L’appel d’offres pour la réalisation des travaux de construction a été lancé le 17 décembre 2013 et la publication des résultats provisoires le 12 novembre 2014.

Pour assurer l’accès au dépôt, la construction d’une  bretelle d’accès bitumée d’environ deux kilomètres a été concomitamment lancée.

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

En 1956 naissait le dépôt de Bobo-Dioulasso avec pour appellation African Petroleum Terminal (APT). En 1965, les marketers PETROVOLTA et SHELL, BP et Mobil Oil construisirent chacun sa propre capacité sur l’aire du dépôt qui a été partagé.

Pour une exploitation efficiente des infrastructures, ces sociétés  se sont regroupées en 1979 au sein de la Société d’Entreposage de Bobo-Dioulasso (SEB).

Des problèmes de gestion du stock de sécurité ayant conduit en 1985 à la décision de créer une structure nationale, la SONABHY a hérité d’un dépôt d’une vingtaine de réservoirs de seulement douze mille (11 900) mètres cube de capacité totale de stockage des produits liquides.

Pour satisfaire les besoins sans cesse croissants des consommateurs, la SONABHY a procédé à partir de 1998, à une refonte du dépôt. Cinq (05) nouveaux réservoirs de grandes capacités ont été construits en lieu et place de la vingtaine et trois (03) réservoirs réhabilités, doublant ainsi la capacité du dépôt  à vingt-cinq mille cinq cents (25 500) mètres cubes. Ces nouvelles  infrastructures seront inaugurées en 2000.

Quant au gaz butane, c’est en 1990 que les premières infrastructures de stockage et d’emplissage ont été installées à Bobo-Dioulasso. En 2009, les capacités de stockage ont été portées de cent (100) à deux cents (200) tonnes et de nouvelles bascules sont venues au fur et à mesure renforcer les capacités d’emplissage.

Le dépôt de Bobo-Dioulasso satisfait le besoin de l’Ouest du Burkina en produits pétroliers. Cependant, avec l’évolution de la consommation constatée, il devenait de jour en jour restreint.

En effet, le dépôt hérité de la SEB, d’une superficie de huit (08) hectares (ha), est contigu à des sociétés industrielles et à un camp militaire limitant ainsi les possibilités d’augmentation des capacités de stockage et impactant fortement la sécurité des infrastructures.

Ainsi, pour assurer le stationnement des camions citernes, trois (03) terrains adjacents aux installations d’une superficie totale de 19.386 m2 ont été acquis en 1993. Puis, en 2005, un second terrain, de cinq (5) hectares (ha), à trois (3) kilomètres environ du dépôt, a été acquis pour le stationnement des camions citernes destinés à la réexportation des produits vers le Mali.

L’option de la délocalisation du dépôt a été arrêtée et dès 1999, les démarches pour rechercher et acquérir un site ont été entamées.

CHOIX ET DÉMARCHE ADMINISTRATIVE

En décembre 1999, la SONABHY a identifié près de la ville de Péni à 35 km de Bobo-Dioulasso un site susceptible de recevoir le nouveau dépôt. Ce site présentait l’avantage d’être près d’une gare ferroviaire, d’une route nationale bitumée et d’une ligne électrique de haute tension. La nature du sol et la distance d’avec la zone lotie étaient favorables au projet.

Le 6 mars 2000, les notables ont été informés par le Préfet de Péni. Le 13 mars, ceux-ci   donneront leur accord de principe. Le 14 juillet 2000, l’accord du Préfet est notifié à la SONABHY et le 21 juillet, le Procès-verbal de palabre a été établi en présence de quinze (15) exploitants du site sollicité.

Le 9 mars 2001, le Préfet de PENI délivre à la SONABHY l’arrêté d’attribution provisoire  n° 2001-001/MATS/PHUE/DPNI. Les droits et taxes d’un montant de soixante-neuf millions six cent trente-deux mille cinq cents (69 632 500) francs CFA seront réglés au service des Domaines les 22 juin 2001 et le 19 juin 2002.

Les propriétaires terriens ont été dédommagés conformément aux textes en vigueur.

CONFIGURATION DU DÉPÔT

Au regard des tendances de consommation et des capacités installées, la première phase de la délocalisation concerne le dépôt gaz butane avec une capacité de stockage de 4 000 m3 et un débit journalier de 250 tonnes par jour. Viendra ensuite celui des produits blancs.

Le dépôt gaz,  se présente comme suit :

  • Une clôture de 2 mètre de haut avec 5 portails, deux guérites et six miradors ;;
  • 3 000 m2 d’aire de stationnement de camions citernes;
  • 550 massifs divers (tuyauteries, accès, structures diverses…) ;
  • 45 Tonnes de charpentes (Château d’eau, abris, passerelles, etc.) ;
  • Diverses fondations / caniveaux / puits / murs / cuvettes de rétentions / dalles pour réservoirs, …
  • une sphère GPL de 4 000 m3 (hauteur: 25m) ;
  • deux réservoirs GPL de 100 mchaque ;
  • un bac eau incendie de 5 500 m3 (diamètre: 20 m / hauteur: 16 m).
  • deux forages de 12 m3/h chaque alimentant le bac incendie ;
  • un réseau d’eau potable comprenant un château d’eau de 20 m3 avec un système de double traitement d’eau par chloration ;
  • un hall d’emplissage de 1400 m2 et un hall d’entretien bouteilles de 183 m2;
  • 1 carrousel de 18 postes pour les bouteilles de 12,5 kg ;
  • 1 carrousel de 12 postes pour les bouteilles 6 kg ;
  • 1 ligne d’emplissage pour les bouteilles de gabarit > 12,5 kg ;
  • 1 ligne d’emplissage pour les bouteilles de 3 kg
  • 3 chariots élévateurs (ATEX) ;
  • 1 aire de stockage bétonnée pour 3 000 bouteilles ;
  • deux postes de récupération de gaz ;
  • 1 pompe GPL de 12 m3/h (22kW) ;
  • 2 pompes GPL de 60m3/h (45kW) ;
  • 2 compresseurs 40m3/h ;
  • 1 skid de régulation ;
  • 4 bras de chargement + flexibles ;
  • 3 motopompes incendie de 600 m3/h et 1 pompe jockey incendie de 10 m3/h ;
  • Système centralisé de gestion de l’exploitation et de la sécurité
  • Pont bascule

Pont bascule

INVESTISSEMENT ACTUEL

  1. Etat des engagements financiers
Désignation Engagements Montant
Frais d’acquisition du terrain 44.632.500
Etudes d’impact environnemental et social du dépôt 35.210.138
Etudes d’ingénierie du dépôt gaz 146.814.793
Etude de danger 17.802.673
Levées topographiques, études de sol 8.413.042
Dédommagement des exploitants du site du dépôt (8 exploitants) 22.979.000
Dédommagement des personnes affectées par la construction de la bretelle (25 personnes) 39.398.500
Construction dépôt gaz 16.060.624.211
Contrôles techniques règlementaires 74.652.700
Etudes technique, EIES et contrôle travaux de construction bretelle 85.400.000
Construction et bitumage bretelle 1.211.264.159
Total Engagements 17.747.191.716

DSC06491

PERSPECTIVE

Comme dit plus haut, il est prévu la construction d’infrastructure de stockage de produits liquides ce qui va permettre la délocalisation effective du dépôt de Bobo.

20141101 MI5100